La langue des XVIe  et XVIIe siècles - quelques conseils pratiques

Pour lire des textes dans la version originale, il faut être conscient de la syntaxe, du lexique et de l'orthographe des XVIe et XVIIe siècles. La lecture à haute voix aide souvent la compréhension. Avec la fondation de l'Académie française (1635), la langue commence à se fixer de plus en plus mais au XVIe et au début du XVIIe, le français tient encore beaucoup de la Renaissance.

Syntaxe - l'ordre des mots est fortement influencé par les structures latines. (verbe en fin de phrase, place très variable de l'adjectif, omission de l'article etc.) L'imparfait du subjonctif est employé couramment. La négation est souvent exprimée par un seul élément. Le pronom sujet (surtout aux première et deuxième personnes où la terminaison indique la personne du verbe) peut être omis (comme en espagnol moderne). Avec la troisième personne, le sujet peut suivre le verbe. On s'habitue relativement vite à ceci.

Amys lecteurs qui ce livre lisez. (Rabelais, Gargantua, 1534)

Avec la construction verbe + verbe à l'infinitif, le pronom objet est souvent placé devant le premier verbe.
Soleil, je te viens voir pour la dernière fois (Racine, Phèdre, v.172)

Lexique - certains mots ne sont plus employés ou ont changé de sens.

à noter en particulier les verbes suivants très courants:
cuider > penser, croire; oir > entendre (ouïr, ouï-dire); issir yssir (pensez à issue) > sortir

Parfois le mot est assez proche de son équivalent anglais, italien ou espagnol (emprunt direct ou transformation à partir de l'étymologie latine). Certains mots grammaticaux (e.g. pronoms et adjectifs démonstratifs) ont changé radicalement de forme.

avecques; donques; icelles > celles-ci; cestuy > celui
es > dans les (souvenir moderne - licence ès lettres);
oncque(s) > jamais (sens positif et négatif)
aucun, (aulcun) (ou même le pluriel aulcuns) peut avoir un sens positif (certains)

Certains mots du vocabulaire amoureux ont un sens différent ou une portée différente au XVIIe.
Amant - celui qui aime et qui est aimé - sans connotation sexuelle.
faire l'amour ou galantiser - faire la cour à quelqu'un
le sexe ou  le beau sexe - le sexe féminin

Orthographe - Il est souvent très utile de lire le texte à haute voix pour le comprendre. Il faut aussi garder en tête que l'orthographe n'est pas fixe à l'époque et peut varier selon les caprices de l'auteur ou de l'imprimeur, même à l'intérieur d'un texte.

Voyelles - il y a très peu d'accents utilisés à l'époque. On voit souvent deux voyelles ou une voyelle suivie de s où aujourd'hui il y a un accent.

la reigle me desplaist, j'escris confusement (Théophile de Viau) > la règle me déplaît

vostre, maistre, mesme.

l'imparfait et le conditionnel s'écrivent avec O et non pas A (j'avois, tu ferois, ils diroient, etc.) jusqu'au début du XIXe siècle (emploi recommandé par l'Académie française en 1835).

Pour des raisons de typographie, l'imprimeur abrège souvent  la combinaison voyelle + consonne nasale avec l'accent  bon >bõ; comporte>  cõporte;  souvent > souv~e

Consonnes - en général, il y a des consonnes supplémentaires par rapport à l'orthographe moderne. Par rapport aux autres langues romanes, (l'italien, l'espagnol) le français a opéré le plus de changements à l'étymologie latine, surtout dans un souci d'économie.

Z remplace parfois S comme marque du pluriel, surtout là où aujourd'hui on a és - ilz, bontez.

D H et L - advis, scholastique (cf. l'anglais advice, school, scholar) ceulx aulcun

D et T - dans les formes verbales (y compris le participe présent) se terminant avec s, ces lettres sont supprimées I'entens, parlans.

U et V - la distinction moderne (v consonne, u voyelle) ne tient pas. Le choix de la lettre à employer se fait surtout en fonction de la position dans le mot - v en début de mot vne, vnis, vin; u au milieu d'un mot - nous deuons, escriuain.

Y remplace souvent I, surtout en fin de mot. amy, aujourd'huy (souvenez-vous que Y se dit I grec).

I remplace J en début de mot: Ie ioue aux cartes avecques ce ieune homme.
 
 
retour à la page d'accueil e-mail Daniel Maher la page du Département

© Daniel Maher 1998

dernière mise à jour:  le 20 septembre 2002